top of page
Image de Ishan @seefromthesky
Original on Transparent.png

La lagune de Balos en Crète

Dernière mise à jour : 1 sept. 2022

La célèbre lagune de Balos est une plage de sable aux eaux peu profondes qui s’est formée entre le cap de Gramvousa et le plus petit cap de Tigani en Crète. Balos est certainement la plage la plus photographiée de l'île pour ses eaux turquoise, sa beauté naturelle sauvage et son magnifique paysage tropical. Découverte..



Présentation

A l'extrême nord-ouest de la péninsule de Gramvoussa, face à l'île d'Imeri et protégée au sud par le Mont Geroskinos (765 m) se trouve l'un des plus beaux sites de Crète : Balos. C'est en effet ici qu'une lagune fermée peu profonde est isolée de la mer par le sable du cordon reliant le littoral à Tigani. Cette presqu'île ainsi formée délimite deux baies, au nord celle de Gramvoussa et au sud celle de Balos. La blancheur du sable et la profondeur de la mer donnent à cet environnement des couleurs étonnantes.



Il va de soi que vous voudrez commencer par Balos elle-même. Ce n'est pas seulement l'une des plus belles plages du monde, c'est aussi un espace naturel précieux, avec une flore et une faune rares protégées dans le cadre du réseau Natura 200. Parmi les merveilleuses créatures qui y vivent, on trouve le faucon d'Éléonore et les cormorans, qui nichent dans les grottes. C'est également un habitat pour la tortue caouanne, mieux connue sous le nom de Caretta-Caretta, ainsi que pour le phoque moine de Méditerranée. La végétation est également splendide, avec une rare variété de marguerites endémiques de la Grèce et de la Crète.



Cette partie sauvage de la Crète semble être entièrement vierge et intacte. La péninsule était appelée Korykus ou Kimaros dans le monde antique. Il y avait autrefois une petite ville appelée Corycus, mentionnée par Ptolémée, et dont les vestiges étaient encore visibles pour un voyageur de Florence au 15e siècle. Au bout du cap, on trouve encore les restes d'une petite ville romaine, Agnio. Les ruines les plus intéressantes se trouvent sur l'îlot Imeri Gramvousa. C'est là que les Vénitiens ont construit un fort à la fin du XVe siècle, afin de défendre l'île contre les invasions des Ottomans.

De nombreuses excursions en bateau vers Balos prévoient un arrêt à Imeri Gramvousa pour la baignade et l'exploration des ruines de la forteresse vénitienne.



Visite de la lagune

Pour vous rendre au lagon de Balos en saison touristique (de mai à octobre), il est conseillé de profiter d’une excursion en mer depuis Kissamos dans l’un des bateaux qui y fait escale. Comme cité plus haut, cette excursion comprend également la visite de l'île d'Imeri Gramvousa.

Si vous disposez d’une voiture, vous pourrez partir du village de Kalyviani ; attention tout de même à la route : une piste assez cahoteuse d'environ 9,5 km (40 min). Prévoir un 4x4 peut s’avérer fort utile. Mais la vue sur le littoral est absolument merveilleuse et mérite grandement le détour ! Du parking (alt. 160 m), il vous faudra soit terminer les 2 derniers kilomètres à pied (1/2 h aller ; 40 min retour),

Les randonneurs chevronnés peuvent également rejoindre Balos par un sentier balisé démarrant au nord du site archéologique de Falasarna (Phalasarna). Cet itinéraire est réservé aux bons marcheurs compte tenu de la longueur du parcours (environ 13 km aller), du dénivelé et de la difficulté d'orientation due aux nombreuses sentes dans la phrygana.

Pour esquiver la foule, il est conseillé de se rendre au lagon de bonne heure pour profiter de cette plage magnifique, en toute quiétude.



Un lien à protéger d'urgence

Toutefois, ce coin de nature exceptionnel résistera-t-il encore longtemps aux assauts touristiques ? Il faut savoir que le site souffre d'une surfréquentation. Les conséquences de la mise en valeur de cette zone protégée et classée Natura 2000 se font sentir : déchets, installations arbitraires, camping sauvage... sans oublier la pollution récurrente des galettes de pétrole provenant vraisemblablement du dégazage sauvage de navires.

Pour essayer d'enrayer cette vision négative et préserver le site naturel, la municipalité a mis en place un droit d'entrée. Cette participation de 2 € par personne de plus de 12 ans a pour but essentiel de couvrir les coûts de gestion et d'entretien des lieux.



Malheureusement, l'affluence sur le site, l'augmentation du trafic sur la piste et le stationnement dans la zone protégée causent aussi de graves problèmes environnementaux, à tel point que les autorités chargées de la gestion, envisagent d'interdire la baignade dans le plan d'eau de la lagune, de limiter le nombre journalier de visiteurs et d''empêcher la circulation des véhicules particuliers en les remplaçant par des navettes de bus obligatoires.



393 vues0 commentaire

Comments


bottom of page