top of page
Image de Ishan @seefromthesky
Original on Transparent.png

La mystérieuse rivière bouillonnante péruvienne

Cachée au milieu de la jungle amazonienne, au Pérou, il existe une rivière dont l'eau est en quasi-ébullition. Pourtant, elle est à 700 kilomètres du volcan le plus proche. Explications..



De la légende..

L'histoire commence par une légende. Elle raconte qu'au milieu de la forêt, dans l'Amazonie, se cache une rivière pleine de mystère. Elle s'appelle Shanay-timpishka de son nom indigène, ce qui signifie "bouillie avec la chaleur du soleil". Cette histoire, Andrés Ruzo, jeune géophysicien péruvien, en a entendu parler par son grand-père lorsqu'il était un petit garçon.

Douze ans plus tard, tandis qu'il s'attelait à cartographier les sources d'énergie géothermique du Pérou dans le cadre de sa thèse, le jeune homme s'est souvenu de la mystérieuse rivière de son enfance. "J'ai demandé à plusieurs experts s'ils pensaient qu'une telle rivière pouvait exister", raconte-t-il à National Geographic . "La plupart ont répondu que ce n'était qu'une légende. L'un d'entre eux m'a même dit d'arrêter de poser des questions stupides".


..à la réalité

Car s'il existe bien des rivières dont l'eau est en ébullition, comme le rappelle lui-même le géophysicien, "elles sont en général associées à un volcan. Or il n’y a pas de volcan en Amazonie, ni dans la plupart du Pérou. On ne s'attend donc pas à y trouver une rivière en ébullition". Et pourtant.. En 2011, Andrés Ruzo a fini par la trouver. Il a même raconté son expédition un livre : " The Boiling River : adventure and discovery in the Amazon ".




Son aventure commence lors d’un repas de famille lorsque sa tante lui affirme que cette rivière en ébullition existe bel et bien et qu'elle s'est baignée dedans. Histoire que confirme son oncle. Selon lui, il est possible de s'y baigner lorsque de fortes pluies viennent de s'abattre et ce légendaire cours d'eau est protégé par un puissant chaman. "Et voilà comment je me suis retrouvé à parcourir la jungle, guidé par ma tante, à plus de 700 kilomètres du centre volcanique le plus proche ", raconte-t-il.



"Et puis j'ai entendu quelque chose. Un faible bruit de vague, qui devenait de plus en plus fort à mesure que nous approchions. Il rappelait celui des vagues de l'océan qui s'écrasent en permanence. Une fois plus près, j'ai pu voir la fumée, la vapeur à travers les arbres"





La rivière n'est donc pas une légende. Située dans le Mayantuyacu, une zone au cœur de la jungle amazonienne, coté péruvien, elle abrite deux communautés chamaniques qui l'ont toujours connue ainsi et utilisent son eau brûlante au quotidien. Son nom traditionnel est "Shanay-timpishka", ce qui signifie " bouillie à la chaleur du Soleil ". Preuve qu'Andrés Ruzo n'est pas le seul à s'être demandé pourquoi l'eau y est en ébullition, ou presque.


Aussi fascinante que dangereuse

Car selon les mesures prises par le géophysicien et son équipe, la température moyenne de l'eau est de 86°C . "Il ne s’agit pas tout à fait d’eau bouillante à 100°C, mais c’est assez près". Plus étonnant encore, cette rivière commence par un courant froid.

"Elle commence froide, puis se réchauffe, refroidit, se réchauffe, refroidit, se réchauffe encore, puis décroît jusqu’au moment où elle entre en collision avec une autre rivière, froide. La température oscille entre 27 et 94 degrés au point le plus chaud"


Mais ce qui a le plus surpris les scientifiques, c'est l'échelle du lieu. La rivière s'écoule sur 9 kilomètres, dont 6,24 kilomètres en quasi-ébullition. Sur la majorité de son cours, "elle est plus large qu'une route à deux voies". Elle peut atteindre une profondeur de cinq mètres et on y trouve même une chute d'eau (chaude) de six mètres de haut.



Mais cette rivière n'est pas seulement incroyable. Elle est aussi dangereuse. Selon des études , il faut 8 minutes pour que de l'eau à 50°C cause une brûlure au troisième degré à un adulte et une seule minute pour un enfant. Si l'eau est à 60°C, elle peut brûler un adulte au troisième degré en 7 secondes et un enfant en 3 secondes. Alors de l'eau à 86°C... "J'ai vu toutes sortes de petits mammifères, reptiles ou batraciens tomber dans cette eau et mourir", raconte Andrés Ruzo.


D'où vient cette chaleur ?

Toute la question est de savoir pourquoi l'eau de cette rivière est aussi chaude que celle que l’on peut trouver sur des volcans, voire des super-volcans comme celui de Yellowstone, alors qu'il n'y a pas de volcan à proximité. D'autant que l'eau y est claire avec "un goût agréable", ce qui est inhabituel, les sources chaudes étant en général chargées en soufre.



Selon les études géophysiques et géochimiques menées sur place, la rivière "Shanay-timpishka" semble être le résultat d’un grand système hydrothermal. Plus vous allez profondément dans la terre, plus il fait chaud. Nous appelons cela le gradient géothermique. Il pourrait s'agir ici d'eaux venant de sources aussi lointaines que les glaciers des Andes. Celles-ci s'infiltreraient ensuite dans la terre, puis, réchauffée par l’effet du gradient géothermique , en ressortiraient en créant cette rivière bouillonnante.

Un début d'explication qui ne rend pas la rivière moins unique pour autant.

Une autre particularité intrigue Andrés, à tel point qu'il a fait appel à deux biologistes pour lui venir en aide : Spencer Wells et Jonathan Eisen. En effet, près de la rivière, les chercheurs ont découvert des micro-organismes, certains inconnus, qui seraient capable de résister particulièrement bien à la chaleur du lieu.


Protéger un lieu unique

Avant de publier l'intégralité de son travail, Ruzo veut s'assurer que le gouvernement péruvien protégera le lieu et mettra en place de véritables mesures de conservation. Il veut notamment le préserver des activités humaines qui gagnent de plus en plus de terrain dans la région. Quand il l'a visitée pour la première fois, le géologue a constaté que l'abattage illégal avait fait disparaitre une bonne partie de la forêt environnante. "J'ai réalisé que cette rivière est une merveille de la nature, elle ne restera pas comme ça à moins que nous ne fassions quelque chose".



Le géologue espère ainsi que mettre la rivière en lumière suscitera l'intérêt du public et aidera à récolter des fonds afin d'assurer sa survie à long terme.




Comentarios


bottom of page