top of page
Image de Ishan @seefromthesky
Original on Transparent.png

Le désert blanc d'Egypte

Le désert libyque ou désert occidental d’Egypte est un désert situé dans la partie ouest de l'Égypte, la partie est de la Libye et au nord-ouest du Soudan. Ce désert est une partie du Sahara. Situé à 500 km à l’ouest du Caire entre les oasis de Bahariya et de Farafra, le Désert Blanc que l'on pourrait croire recouvert de neige s'étend sur près de 3000 km².



Présentation

Zone protégée depuis 2002, il est l’un des endroits les plus singuliers et les plus fantasmagoriques de la planète. Ici, l'érosion a longuement sculpté les roches crayeuses, au point de les faire ressembler à d'immenses champignons d'une blancheur éclatante et aux formes mystérieuses dont le plus connu est le Doigt de Dieu.



Partout, un léger voile de sable blanc et de calcaire recouvre les lieux, quand ce ne sont pas de belles dunes blondes. Un trésor encore peu connu des touristes. Malheureusement plus pour très longtemps : traversé par une route et donc facile d’accès, le Désert Blanc fait de plus en plus l’objet d’excursions à la journée pour des visiteurs en 4x4.



Le Désert Blanc est le fruit d'une très longue histoire géologique. A la fin de l'ère secondaire (crétacé), il y a approximativement 67 millions d'années, la mer envahit l’Egypte, noyant tout le nord et l’est du pays. L’ensemble du plateau qui va de l'actuel Soudan jusqu'à la mer Méditerranée est alors recouvert par une mer peu profonde qui devient rapidement le siège d’une vie intense : au milieu des algues et des herbiers, vivent poissons, mollusques et crustacés. Cette invasion marine durera environ trente millions d'années. C’est au cours de cette période que s’accumulent, au fond d’une mer peu profonde et sur trois cents mètres d'épaisseur, la craie « blanche » et le calcaire qui font aujourd’hui le Désert Blanc.



Cette période marine continentale prendra fin au cours de la période de l’oligocène, il y a moins de trente millions d’années. L’englacement rapide du continent antarctique qui stocke alors d’énormes quantités d’eau de mer dans sa calotte de glace en formation engendre alors un abaissement général du niveau des océans. La mer qui recouvrait le Désert Blanc se retire. Les fascinantes roches crayeuses sculptées du Désert Blanc vont, sur une longue durée, se former sous l’effet de 3 grands facteurs :


1 - l'eau qui, lors des passages de la mer et des pluies diluviennes a eu pour effet de dissoudre la craie tendre et poreuse,
2 - les vents d’ouest qui charrient depuis des centaines de milliers d’années les grains de sable vers les étendues crayeuses du Désert Blanc et qui expliquent l'existence des crêtes rocheuses,
3 - la thermoclastie (processus de désagrégation physique des roches résultant des contrastes thermiques entre le jour et la nuit)

L’érosion n’a pas cessé depuis une dizaine de millions d’années de faire son œuvre en façonnant la roche et en libérant des fossiles marins de mollusques, crustacés, oursins, poissons, algues, et récifs coralliens. Sur le sol, on peut également trouver des millions de minéraux noirs aux formes les plus diverses.



De magnifiques oasis importantes

Contrairement au désert Arabique, le désert Libyque est parsemé d'oasis importantes qui jalonnent ce qu'on a cru être un cours ancien du Nil : Koufra, Tazerbo, Gaberoun et Djaraboub en Libye, Baris, Kharga, Ad-Dakhla, Al-Farafra, Al-Bahariya, Siwa en Égypte. Du sud au nord, elles jalonnent par contre ce qui a été une voie commerciale importante.

Présentée comme étant la plus belle, l’oasis de Siwa est située à l’extrême ouest de l’Egypte, non loin de la frontière libyenne.



Elle se trouve dans le groupe d’oasis de la dépression de Qattara. Occupée depuis l’Antiquité, Siwa servit de lieu de bannissement durant l’époque romaine tant sa situation est isolée. L’eau est disponible en abondance à Siwa et les nappes phréatiques peuvent parfois déborder ce qui donne des paysages de lagunes très jolis. La plus célèbre source de Siwa, aussi surnommée Source Cléopâtre, est aménagée en piscine naturelle.



83 vues0 commentaire
bottom of page