top of page
Image de Ishan @seefromthesky
Original on Transparent.png

Le gouffre des Trois Ponts au Liban

Dernière mise à jour : 8 oct. 2021

La montagne libanaise et plus précisément le Lebanon Mountain Trail (sentier de randonnée à longue distance au Liban) nous réserve une sacrée surprise avec un gouffre à l'architecture incroyable, orné d'une cascade traversante digne de certains décors des plus grands films de science-fiction.. Découverte..



Présentation

Situé près du village de Balaa au Liban, le gouffre des Trois Ponts ou gouffre de Baatara, s’est formé il y a plusieurs millénaires pendant l’ère jurassique. Le calcaire qui le compose date en effet de plus de 160 millions d’années. Les dimensions de ce gouffre sont impressionnantes : 250 mètres de profondeur pour 260 mètres de large. Deux formations évoquant un pont le traverse respectivement au tiers et aux deux-tiers de la profondeur, la partie supérieure constituant un troisième pont, d'où le nom de ce gouffre atypique.



Le gouffre des Trois Ponts est particulièrement impressionnant au printemps jusqu'en été, car une cascade de 90 mètres de haut appelé cascade de Baatara, apparait à la fonte des neiges, tombant derrière les trois ponts, avant de s'infiltrer dans les 250 mètres de profondeur du gouffre. Si vous souhaitez vous y rendre, mieux vaut donc attendre la belle saison pour admirer cette phénoménale chute d’eau qui semble filtrer au beau milieu des trois cavités superposées.



On sait que le gouffre est encore en constante évolution en raison du gel hivernal qui provoque la cassure d’énormes morceaux de roche sur la paroi tout autour du gouffre. Il est donc conseiller de respecter les consignes de sécurité sur place.


Une cascade essentielle à la région

Comme on l'a dit précédemment, l’eau qui s’écoule de la cascade lorsque les neiges de l’hiver commencent à fondre au printemps et en été offre un spectacle incroyable dans cet ensemble. Mais cette cascade n'est pas seulement une beauté de la nature. En effet cette cascade est essentielle à la région car c’est de là que provient l’eau douce si précieuse pour les villages alentour. En 1988, des scientifiques ont teint l’eau de la cascade et ont pu démontrer qu’elle finissait par ressortir à la lumière du jour à la source de Dalleh, près du village de Mgharet al-Ghaouaghir, 6 km au nord-ouest et 860 m plus bas.



Comentarios


bottom of page