top of page
Image de Ishan @seefromthesky
Original on Transparent.png

Le site volcanique de Dallol

Dernière mise à jour : 24 mai 2023

Les paysages du Danakil ressemblent à ceux d’une autre planète. Fortement marquée par l’activité volcanique, cette zone présente des formations géologiques étonnantes et des couleurs irréelles. Les plus téméraires apprécieront de voir les lacs de lave du volcan Erta Alé, toujours en activité, tandis que les autres pourront s’émerveiller devant le lac acide du Dallol ou encore visiter un des nombreux lacs salés de la région et en apprendre davantage sur les traditions des Afars.. Découverte



Des conditions extrêmes

Le désert du Danakil compte parmi les lieux les plus hostiles de la planète. Certaines parties de cette vaste dépression descendent à une centaine de mètres sous le niveau de la mer, les précipitations annuelles y sont quasi-inexistantes, les températures peuvent monter jusqu’à 50°C et la principale ressource qu’on y produit est… le sel.

Attardons nous sur cet étrange volcan de Dallol (et son lac) dont le sommet, à une altitude négative, est situé non loin de la frontière entre l’Ethiopie et l’Erythrée, au Nord de la dépression Danakil à -130m sous le niveau de la mer. Dallol qui, en afar signifie littéralement «désintégré». En effet, les eaux chaudes du Dallol sont acides et dégagent des vapeurs toxiques. Un endroit aussi inhospitalier que magique vu les couleurs saturées du paysage, entre formations géologiques oranges et jaunes, oxydes rouges, mares bleues et fumerolles blanches.



Malgré les dires que l'on peut entendre dans les tours touristiques, la couleur de l'eau est lié à sa chimie et non pas à la présence de microorganismes. En effet cette couleur est due à la présence de fer réduit en solution. Ces piscines multi-extrêmes combinent fortes températures (jusqu'à 108 °C), très bas pH (valeurs négatives) et saturation en sels divers (30 %).


© globe-trotting.com


Pourtant, la vie est bien présente. En dépit des conditions extrêmes, les Afars y vivent depuis des temps immémoriaux. Ces bergers nomades, qu’on croise souvent accompagnés de leurs ânes ou de leurs dromadaires, subsistent toute l’année dans les territoires désolés du triangle de l’Afar. Ils vivent de leurs troupeaux, ainsi que de l’exploitation et du commerce du sel.



Explication sur ces formations géologiques

La dernière activité du volcan Dallol est une éruption phréatique qui date de 1926. Aujourd’hui, cette importante zone volcanique se caractérise par des émissions de fumerolles.

Les gaz traversent une importante couche de sel et de potasse avant de sortir à l’air libre. Les fluides hydrothermaux enrichis de sel se recristallisent à leur sortie sous forme de magnifiques concrétions de travertins colorés orange et jaune. On peut aussi observer des coulées de saumure à haute température (+100°C), dont la composition est principalement du chlorure de magnésium auxquels s’ajoutent du calcium et du fer. Plusieurs intrusions annulaires dégorgent des coulées blanches de bischofite fondue. Une multitude de monticules et de cônes crachotent, dans des gargouillements de marmites. Des geysers de vapeurs sulfureuses jaillissent à différents endroits. Ces formations de sel, qui disparaissent chaque année à la saison des pluies, se mettent en place comme des coulées de cire. Un paysage minéral toujours changeant et de toute beauté !



Le soufre en grande concentration est aussi responsable de la création de concrétions cristallines, principalement autour de bouches fumerolliennes actives. Ainsi on observe près des solfatares des sortes de grandes « fourrures » de soufre jaune ou orange cristallisé qui peuvent dans certains cas mesurer près d'un mètre. Il y a aussi présence de fragiles concrétions en forme de « coquilles d'œufs » autour des anciens dépôts.


Des dépôts marins coralliens apparaissent aussi sur les bords de cette zone effondrée. Ils correspondent aux différentes pénétrations de la Mer Rouge. En effet, l’arrivée de la Mer Rouge par le Nord s’est produite au moins trois fois dans le « Golfe de Danakil », il y a 200 000 ans, 120 000 ans et 80 000 ans, laissant des dépôts de sel de plusieurs kilomètres d’épaisseur.



Le volcan Erta Alé

C'est à environ une quarantaine de kilomètres de Dallol que le volcan bouclier de l'Erta Alé culmine à plus de 613 mètres de hauteur. Le volcan Erta Alé offre une immersion au centre de la terre. Des fontaines, des bulles et des vagues de lave en surgissent à plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Le volcan a la particularité de se composer de deux cratères bien distincts où viennent régulièrement se loger des lacs de lave qui disparaissent ou débordent en fonction de l'état du volcan.



Malgré la chaleur qui règne ici et l'éloignement du volcan, il est récemment devenu l'une des destinations touristiques majeures de la région. Alors qu'en 2002, l'endroit n'était accessible qu'en hélicoptère, il est aujourd'hui possible de s'y rendre en voiture.

L'ascension du volcan Erta Alé représente l'occasion d'observer de près un volcan actif et l'un des trois seuls volcans au monde à posséder un lac de lave permanent. Autant vous dire que là-haut, le spectacle est tout simplement à couper le souffle. Les jets de lave se mêlent aux paysages désertiques de la région, formant un tableau pour le moins étonnant et dépaysant !



Pour finir cet article vous pouvez admirez cette magnifique vidéo envoûtante de Dallol.. Bon visionnage:



Comments


bottom of page