top of page
Image de Ishan @seefromthesky
Original on Transparent.png

Les cascades de sang en Antarctique

Le titre de cet article a de quoi surprendre et n'est pas le titre de l'un des derniers romans thriller sorti dernièrement en librairie. Les blood falls traduit littéralement en français par les cascades de sang ont de quoi surprendre et leur mystère vient d'être résolu depuis peu de temps.. Découvrons ensemble de quoi il s'agît..



Présentation

Si ces cascades ont été repérées pour la première fois en 1911, elles ont longtemps intrigué les scientifiques. Pourquoi me direz-vous? Une immense trainée rouge sorti de nulle part glisse sur la glace immaculée blanche de l'Antarctique.

C’est une chute d’eau sanglante qui jailli à l’extrémité nord du glacier Taylor, qui s’étend sur 100 kilomètres à travers les montagnes transantarctiques.. Phénomène incroyablement beau et unique, ce mystère passionne les scientifiques, qui depuis plus de 100 ans se posent la question de l'origine de ces eaux rouges sur ces glaciers ?



Le mystère résolu

Au départ, ils ont pensé qu'elles étaient dues à la présence d'algues rouges mais cette théorie a finalement été écartée. Après avoir réalisé des prélèvements, les chercheurs se sont aperçus que les coulées étaient causées par de l'eau salée et riche en fer s'oxydant au contact de l'air, comme de la rouille. Néanmoins, l'origine de cette eau salée ou saumure restait floue. Le mystère demeurait quant à l'origine de cet écoulement dont la température moyenne est de -17°C, alors qu'une faible fonte glaciaire peut être observée à sa surface.

L'imagerie réalisée sous le glacier a permis d'élucider cette énigme et a révélé l'existence d'un réseau complexe de rivières ainsi que d'un lac sous-glaciaires piégé dans le glacier Taylor depuis plus d'un million d'années, composés d'eau salée riche en fer, raison de la couleur rougeâtre des cascades. Il est caché sous 400 mètres de glace et situé à un kilomètre de l’endroit où commence la cascade.


Sources: wikipédia


Sous la surface du glacier, il fait extrêmement froid mais le lac parvient à continuer de couler. Ceci est dû à la salinité inhabituellement élevée de ces eaux. Cette forte concentration en sel a pour effet de faire baisser la température de gel de l'eau. Une conséquence qui se combine à un autre phénomène : l'eau a tendance à s'auto-réchauffer. Le lac situé sous le glacier a une consistance salée peu commune. Or, l'eau salée qui a un point de congélation plus bas que celui de l'eau douce, libère de la chaleur en gelant et, par conséquent, fait fondre la glace et engendre l'écoulement des rivières. De ce fait, si le glacier peut tolérer les courants d'eau, il s'agit également du glacier le plus froid sur Terre composé d'eaux en mouvement.

Le meilleur moment pour admirer cette beauté inhabituelle est l’été antarctique, lorsque le glacier commence à fondre, que son épaisseur se presse sur le lac et qu’une partie de l’eau remonte à la surface



D'autres découvertes à l'étude

Bien que le mystère semble résolu, les études sont loin d'être terminées sur les "Blood falls". Des analyses ont démontré que la saumure abrite des micro-organismes extrémophiles, autrement dit, des bactéries capables de survivre à des conditions très difficiles comme le manque de lumière et d'oxygène.

D'après les scientifiques, ces bactéries coupées du monde depuis des milliers d'années utiliseraient le sulfate comme source d'énergie. Du sulfate qu'elles transformeraient en sulfite qui réagirait à son tour avec les grandes quantités de fer dans l'eau, pour fournir à nouveau du sulfate capable d'alimenter les bactéries, formant une sorte de cycle.

Avec de telles capacités d'adaptation, ces micro-organismes apparaissant fascinants aux yeux des chercheurs.


bottom of page