top of page
Image de Ishan @seefromthesky
Original on Transparent.png

La ville souterraine de Derinkuyu


La Turquie et plus particulièrement la région de Cappadoce réserve de belles surprises. Connue pour ses belles cheminées de fées et ses paysages de montgolfières qui nous viennent à l'esprit, il y a un monde souterrain bien caché qui en fait un petit trésor de l'histoire! La ville de Derinkuyu ne vous dit peut être rien et beaucoup pensent que cette ville souterraine était une légende… Mais elle a bien existé et nous allons découvrir tout cela dans cet article.




Présentation

Découverte par hasard en 1963, lors de travaux d’aménagement du territoire, un homme, en démolissant un mur a trouvé par accident une pièce mystérieuse. Puis en continuant à creuser, il est tombé sur des galeries et des labyrinthes.. Les travaux ont été immédiatement interrompus après cela. Des historiens se sont rendus sur place et ont décidé de mettre au jour la cité souterraine. Ainsi a été découvert l'ancienne cité d'Elengubu, connue aujourd'hui sous le nom de Derinkuyu, elle s'enfonce à plus de 85 mètres sous la surface de la terre et s'étend sur 18 niveaux de tunnels. Les archéologues ont découvert un réseau souterrain complexe, composé d'habitations, d'entrepôts de nourriture, d'étables, d'écoles et même une chapelle. Un agencement urbain qui s'est traduit par un bouleversement démographique.



C'est la plus grande ville souterraine fouillée au monde et elle a été utilisée presque constamment pendant des milliers d'années, passant des mains des Phrygiens à celles des Perses et des chrétiens de l'ère byzantine. Lors de sa période faste, Derinkuyu a accueilli jusqu'à 20 000 personnes sous terre à l'époque byzantine.

Les historiens ne s’accordent pas sur le début de sa construction : certains font remonter les premières excavations à l’époque Hittite (XIIIe siècle av. J.-C.), mais il est plus généralement admis que la cité de Derinkuyu date de la domination phrygienne (VIIIe siècle av. J.-C.), et qu’elle fut agrandie au début de la période Byzantine.




Cette région était très convoitée car elle était située au carrefour des grands empires de l’époque. S’accaparer de cette zone signifiait donc contrôler le commerce mondial. Les Hittites étaient régulièrement agressés par de nombreux peuples.

Cette ville souterraine est une extension de la ville se trouvant à l’air libre, se substituant à elle le temps des attaques. En temps de paix, elle servait d’entrepôt.

Elle a été conçue pour protéger environ 20 000 personnes. Tout était prévu pour que la ville soit autonome et puisse supporter des sièges de plusieurs mois. Elle présente ainsi une remarquable structure organisée autour de réseaux permettant la vie souterraine et est composée d’ingénieux systèmes de défenses.


Une structure bien organisée

Chaque étage avait une fonction définie comme le démontre l'analyse du site.

Au premier étage se trouvaient les étables pour les animaux ainsi que des niches creusées dans les parois pour le fourrage. Les deux étages suivant abritaient des cuisines, des entrepôts, des chambres, des toilettes et une pièce assez grande supposée être une école. Le réfectoire au deuxième étage est une des plus grandes pièces de la ville souterraine. Les historiens ont à ce sujet une théorie intéressante : cette salle permettait aux populations de manger ensemble afin contrôler leur réserve de nourriture. Les autres étages étaient constitués de lieux d’habitation, de halls, de lieux de culte et de tunnels. Les salles de couchages étaient nombreuses et cloisonnées permettant une certaine intimité mais rien n’indique que la cellule familiale ait pu être maintenue dans cet habitat. L’organisation de l’espace laissait plutôt supposer un mode de vie communautaire.



Très abouti aussi pour l'époque : La ville était dotée d’un véritable système de climatisation auto propulsée qui permettait une circulation optimale de l’air : on dénombre plus de 50 conduits de ventilations qui donnaient sur l’extérieur afin de faire circuler l’air jusque dans les pièces les plus profondes. Les couloirs en pente favorisaient la circulation de l’air tout comme les trous dans les meules qui avaient pour rôle de fermer les tunnels.

Des puits ont été également construits pour approvisionner en eau la population en puisant directement dans la nappe phréatique, certains puits allaient ainsi jusqu’à 80mètres de profondeur.

Les villes souterraines de la Cappadoce n’ont pas fini de livrer tous leurs secrets. Seulement 10% de Derinkuyu est ouverte au public et de nombreux étages n’ont pas encore été explorés.


Un système de défense ingénieux

La cité souterraine pouvait être fermée de l’intérieur grâce à des meules circulaires d’1m de diamètre et de 30 cm d’épaisseur, rendant ainsi les couloirs indépendant les uns des autres en cas de percée de l’ennemi. Au centre de ces portes cylindriques, il y avait des trous qui avaient comme seconde fonction de repousser les assaillants avec des lances. De plus les couloirs très étroits de la cité empêchaient la progression de plusieurs hommes de front et leur utilisation d’armes. 


© tribunaldunet


La ville de Derinkuyu présente ainsi un modèle de vie et de défense innovant et performant. Cet exemple de Derinkuyu démontre la faisabilité d’un projet urbain souterrain.

Comments


bottom of page