top of page
Image de Ishan @seefromthesky
Original on Transparent.png

Les orages volcaniques

On pourrait penser que les éclairs sont un phénomène propre aux orages, ne pouvant jaillir que du cœur des cumulonimbus qui nous sont familiers. Pourtant, d’autres manifestations naturelles sont capables de produire la foudre, et de créer des visions plus exceptionnelles encore : les éruptions volcaniques. Peut-être avez-vous déjà vu certaines de ces images spectaculaires mêlant panaches de fumée, magma en fusion et nuées électriques. Des images si invraisemblables que leur véracité est parfois remise en cause par ceux qui les découvrent pour la première fois. Elles illustrent pourtant une curiosité bien réelle : les orages volcaniques.



Définition

Le terme orage volcanique désigne le déclenchement de la foudre, avec éclairs et coups de tonnerre, au sein du panache d'un volcan en éruption. Son apparition est loin d'être systématique et n'a été observée que lors d'éruptions assez violentes.

Au sein d’un cumulonimbus, de puissants courants convectifs ascendants et descendants font entrer en collision cristaux de glace (montant et se chargeant positivement) et gouttelettes d’eaux (descendant et se chargeant négativement). C’est ce frottement et la différence de polarité induite qui électrisent le nuage, et c’est la différence de potentiel (entre le nuage et le sol, ou entre différentes parties du nuage) qui, quand elle devient trop importante, crée un arc électrique.

Il se pourrait que ce soit à peu de choses près la même chose qui se produise lors de certaines éruptions volcaniques. Toutefois, l’explication du phénomène ne fait pas encore consensus au sein de la communauté scientifique, d’autant plus qu’il ne se produit pas systématiquement lors d’une éruption.



Comment ça marche?

La première hypothèse suggère que le nuage éruptif pourrait s’électriser de manière analogue à un cumulonimbus classique. Dans le panache de cendre, rejeté par le volcan dans un violent mouvement convectif, ce ne serait cette fois pas les gouttelettes d’eau et les cristaux de glace qui entreraient en frottement et se chargeraient électriquement dans la colonne éruptive, mais les particules de cendre et de poussière éjectées.



La seconde hypothèse, émise en 2019, est potentiellement complémentaire à la première. Elle suppose que ces éclairs seraient notamment générés par l’ionisation des gaz due à la présence de radon, un élément radioactif parfois rejeté par les volcans. Des prélèvement effectués par ballon au dessus du Stromboli en 2019 iraient dans ce sens. (Le radon serait alors un facteur décisif, là où le seul frottement des particules ne suffirait pas).

130 vues0 commentaire

Comments


bottom of page