top of page
Image de Ishan @seefromthesky
Original on Transparent.png

Palawan, les clés du paradis

S’étirant entre la mer de Chine, à l’ouest, et la mer de Sulu à l’est, cet archipel des Philippines (17 000 kilomètres carrés) compte une grande terre principale et 1780 îles et îlots. Avec ses rivages déserts et ses lagons translucides où affleurent les coraux, Palawan possède tous les atouts pour aimanter les amateurs de beauté brute.



L'île de Palawan

Classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, Palawan, dont les paysages allient jungle tropicale, villages de pêcheurs pittoresques, falaises, mangroves et plages de sable blanc, séduit les amoureux de la nature avec ses forêts ancestrales mais également ses fonds marins. Le commandant Cousteau l'a d'ailleurs décrite comme étant le plus bel endroit qu'il n'ait jamais exploré.



Situé dans une zone tropicale humide, l’archipel, bercé par un climat chaud et humide affiche de mars à mai un temps sec et chaud tout en restant agréable. Au printemps, les températures oscillent en effet entre 28 et 37 °C, alors que pendant la saison des pluies, qui débute en juin pour se terminer en novembre, elles chutent légèrement et varient entre 25 et 31 °C

La destination est encore neuve, et le tourisme, une activité récente. Cela fait moins de vingt ans que les voyagistes ont commencé à l’inscrire à leur catalogue. Bien que le tourisme, et plus précisément l'éco-tourisme, soit en plein essor, les infrastructures modernes sont encore mal développées. Néanmoins, les attractions naturelles compensent ce manque. Il est difficile de circuler sur place à cause d'un réseau routier restreint. Peu importe, les distances ne sont jamais très importantes. Cette île principale est entourée de 1780 îles et îlots, parmi lesquels se cachent de véritables trésors de la nature comme par exemple Miniloc Island.



El Nido

Le nord de l'île dispose de la plus grande station balnéaire de Palawan qui est doté de son propre aéroport, El Nido. L’aspect ordinaire de la ville de El Nido souligne le contraste entre le mondain et le sublime. El Nido est l’une des destinations touristiques les plus en vogue actuellement dans le monde. Destination popularisée en France depuis que l’édition 2007 de l’émission télévisée Koh Lanta s’y est déroulé, El Nido est régulièrement un sujet pour des reportages aux titres souvent typés « ils ont tout quitté pour vivre sur une île paradisiaque ». Les formations rocheuses de calcaire noir et les récifs coraux en font un magnifique spot pour la plongée. Souvent primé comme étant l'une des plus belles destinations du monde, ce paysage de carte postale avec mer turquoise et sable blanc comme Hidden Beach, a de quoi en faire rêver plus d'un!



Snake Island

Pour un esprit plus sauvage, une halte à Snake Island s'impose. Appelée à l'origine Vigan Island, The Snake Island, à la forme rappelant celle d'un serpent, offre un sable blanc exceptionnel, et sa particularité est qu'elle est ornée d'une bande de sable qui s'étend au beau milieu de l'eau pour se connecter et se relier à Palawan. Située à 45 minutes seulement de la ville d'El Nido par bateau, vous rendre à The Snake Island semble être la promesse d'un moment privilégié et de souvenirs inoubliables.



La rivière souterraine de Palawan

Le Parc national de la rivière souterraine de Puerto Princesa dans la partie centrale de la côte ouest de Palawan réunit l’un des ensembles de grottes les plus impressionnants du monde, offrant un paysage karstique spectaculaire, une beauté naturelle intacte, des forêts primaires inaltérées et une faune sauvage incomparable.

D’une superficie de 22,202 hectares, le site abrite une rivière souterraine d’une longueur de 8,2 kilomètres. La caractéristique la plus marquante de cette rivière souterraine est qu’elle débouche directement dans la mer et que sa portion inférieure, saumâtre, est soumise à l’influence des marées, phénomène naturel rare sur la planète. À l’intérieur de la grotte où circule la rivière, on peut observer des formations rocheuses aussi remarquables qu’esthétiques. Le site contient un écosystème complet – de la montagne jusqu’à la mer – qui constitue un habitat adapté à la conservation de la biodiversité et protège des forêts qui comptent parmi les mieux préservées et les plus fascinantes de la province biogéographique de Palawan.



Des fonds marins étourdissants

Le Triangle du corail concentre, sur 2 % de la surface des océans, la plus importante biodiversité marine au monde. On y trouve 30 % des récifs coralliens de la planète, 3 000 espèces de poissons récifaux (soit 37 % de celles recensées), six des sept espèces de tortues marines.. Ces chiffres parlent pour eux mêmes..

Le récif de Tubbataha situé à 98 milles nautiques (181km) de la ville de Puerto Princesa, est certainement le plus beau des récifs de Palawan. Il abrite deux atolls, des coraux en pleine santé, et une abondance incroyable de vie sous-marine. Cette réserve de l’UNESCO est de plus peu fréquentée vu la distance à parcourir pour l'atteindre.



Un des plus beaux endroits pour pratiquer le snorkeling ou la plongée à Palawan est également El Nido dans la Baie des Bacuits. Vous arriverez très facilement dans ce village incontournable de Palawan, et trouverez une multitude de compagnies qui vous déposeront dans des lagons plus sublimes les uns que les autres. Les mammifères marins vous honoreront de leur présence, et vous pourrez vous sentir pleinement en connexion avec la nature en évoluant dans cette eau si pure à la température idéale.



Une nature préservée menacée

Ses forêts pluviales, qui tapissent l’intérieur des terres, n’ont pas connu le sort des autres jungles du pays, ravagées par l’abattage illégal. Résultat, on continue de trouver sous la canopée des espèces endémiques étonnantes, comme le balintong (un mammifère de la famille des pangolins), le chevrotain de Balabac, un herbivore ressemblant à un chevreuil mesurant la taille d’un gros rat, ou encore l’éperonnier napoléon, un faisan au plumage de paon qui est devenu l’emblème de l’archipel. Côté mer, Palawan se situe sur la pointe nord du fameux Triangle du corail, ce qui lui vaut des fonds marins parmi les plus beaux du monde comme vu précédemment.



Si ces îles sont restées à l’écart du tourisme pendant des décennies, c’est d’abord parce qu’elles furent longtemps une terre inconnue pour les Philippins eux-mêmes. Mais aujourd'hui la menace se fait sentir.. En effet, la population de Palawan est passée de 150 000 en 1950 à un million aujourd’hui. La région demeure la moins densément peuplée du pays, mais cet afflux brutal d’arrivants venus chercher des terres à cultiver pose aujourd’hui des défis considérables. Contrairement au reste des Philippines, le sol est pauvre puisque ces terres sont dépourvues de volcan, tout juste bon à faire pousser des mangues et des noix de cajou. Pour en tirer malgré tout un peu de riz, les paysans se sont mis à pratiquer la culture sur brûlis, qui grignote peu à peu la forêt tropicale. La montée importante du tourisme y est aussi pour quelques choses. Celui-ci génère déjà des dizaines de milliers d’emplois, chauffeurs de taxis-tricycles motorisés, femmes de chambre, cuisiniers et surtout ouvriers sur les chantiers des nouveaux hôtels. Puerto Princesa en est l'illustration, aujourd'hui plus grande ville de Palawan (225 000 habitants), alors que dans les années 1980, ce n’était encore qu’un gros bourg portuaire, aux rares maisons en dur et aux pistes de terre. Il faut espérer que ce paradis sera préservé et que l'homme saura réagir avant que cela devienne incontrôlable..



Comments


bottom of page